Le nouveau baccalauréat verra officiellement le jour en 2021, mais les changements se font sentir dès la rentrée prochaine pour les élèves de première, qui seront la première génération à passer ce bac nouvelle version.

Cette promotion a déjà passé, conformément au programme de la réforme, en classe de seconde, un test de positionnement (test de français et de mathématiques doublé d’un examen personnalisé sur la maîtrise de la langue écrite et de l’oral), et a eu droit à plusieurs heures d’orientation.

Quels sont les principaux changements vis-à-vis du système actuel ?

Le programme scolaire dans le système général

Jusqu’à présent, les élèves entrant en classe de première devaient choisir une « série » : scientifique, économique et sociale, ou littéraire. Chacune de ces trois séries proposait son propre tronc commun, les élèves choisissant en plus une spécialité.

Avec la réforme du Baccalauréat, les séries sont dissoutes. Tous les élèves suivront un enseignement de tronc commun comprenant l’éducation physique et sportive, l’éducation morale et civique, un enseignement scientifique, le Français, l’Histoire-Géographie, la philosophie, et deux langues vivantes.

Afin de se spécialiser, les élèves doivent choisir trois disciplines parmi une douzaine d’enseignements (les lycées étant dans l’obligation d’en proposer au moins sept) dès la première. En terminale, ils confirmeront ou infirmeront leur orientation en choisissant deux spécialités (qui peuvent similaires ou différentes de celles choisies en première).

L’examen dans le système général

Avec le système actuel, le baccalauréat consiste uniquement en un examen final : le contrôle continu, c’est-à-dire les notes obtenues au cours de la scolarité, ne sont pas prises en compte par ce diplôme. Une dizaine d’épreuves (écrites ou orales) doivent être passées à la fin de l’année de terminale. A cela s’ajoutent les épreuves anticipées de français, qui consistent en un examen écrit et oral passé à la fin de l’année de première.

👉 Avec la réforme du baccalauréat, seule les épreuves anticipées subsisteront sous leur ancienne forme (contrôle de français, écrit et oral, en fin de première).

👉Deux épreuves, correspondant aux deux épreuves de spécialité, seront passées au printemps de l’année de terminale.

👉 En juin, les élèves devront passer une épreuve de philosophie ainsi qu’un grand oral : durant 20 minutes, ils devront s’exprimer à propos d’un projet qu’ils auront réalisé durant l’année de première et de terminale.

Ces épreuves écrites représenteront 60% de la note finale.

Les 40% restants résulteront des notes du contrôle continu, c’est-à-dire des notes obtenues dans les matières du tronc commun tout au long de l’année de terminale.

 

 

Dans les filières technologiques

Dans la voie technologique, les séries actuelles resteront les mêmes : STMG (sciences et technologies du management et de la gestion), ST2S (sciences et technologies de la santé et du social), STHR (sciences et technologies de l’hôtellerie et de la restauration), STI2D (sciences et technologies de l’industrie et du développement durable), STL (sciences et technologies de laboratoire), STD2A (sciences et technologies du design et des arts appliqués) et TMD (techniques de la musique et de la danse).

Toutefois, toutes les séries auront un tronc commun semblable, composé des matières suivantes : Français, Histoire-Géographie, EMC, Langues vivantes, EPS et Mathématiques.

L’examen du baccalauréat se déroulera globalement dans les mêmes modalités que pour la voie générale.

 

 

Pourquoi réformer le baccalauréat? 

👉 Renforcer la maîtrise orale de la langue: l’actuelle version du bac ne laisse que peu de place à l’expression orale en français, alors que celle-ci est déterminante dans la vie active. Un accompagnement sur l’expression orale est proposée dès la seconde et poursuivie dans le cadre de la préparation du grand oral.

👉 Prendre en compte le contrôle continu: aujourd’hui, c’est le contrôle continu qui est déterminant lors de l’admission dans les établissements d’enseignement supérieur comme Parcoursup, alors que ce dernier n’est pas pris en compte dans le diplôme du baccalauréat. Avec la réforme, le contrôle continu rentre en compte dans la note finale. La prise en compte du contrôle continu permet également de rendre l’obtention du bac plus progressive, et d’éviter les effets de bachotage intensif en fin de dernière année.

👉 Renforcer les enseignements communs: avec la réforme du bac, tous les élèves suivront un tronc commun identique, sans distinction de série. Les différences d’enseignement sont « lissées » entre les élèves. Contrairement au système qui prévaut avec le bac actuel, tous les élèves suivront des enseignements en français et en mathématiques, jusqu’à l’examen final.

👉 Les choix d’orientation ne sont plus définitifs: avec le bac actuel, les élèves choisissent dès la fin de la seconde une série. Il sera très difficile d’en changer par la suite. Avec le système actuel, il est possible de changer de spécialité entre la fin de la première et la terminale.