A l’été 2020, l’ahurissante affaire de Théoule-sur-Mer a choqué la France : un couple de retraités parti s’installer définitivement dans sa résidence secondaire se retrouvait à la rue, leur maison étant squattée par une famille.
Quelques semaines après l’affaire, j’ai fait voter au nom de Les députés LaREM un amendement porté par Guillaume Kasbarian permettant d’engager une procédure d’expulsion administrative pour les logements privés (résidences principales et secondaires)
➡️ avant cet amendement, cette procédure ne pouvait être enclenchée que pour les résidences principales. L’amendement a également réduit le délai donné au préfet pour répondre à une demande d’expulsion à 48 heures.
J’ai donc profité de l’audition de la ministre du logement en commission des affaires économiques pour l’interroger sur cette mesure. Aujourd’hui, la procédure anti-squat est très bien appliquée dans certains territoires, beaucoup moins bien dans d’autres. Il reste donc du travail :
➡️ Il faut s’attaquer à cette disparité territoriale causée par la réticence de certains préfets
➡️ Il faut également mieux faire connaître la procédure, y compris auprès des huissiers et des avocats
Député, c’est voter les lois, c’est aussi s’assurer de leur bonne application et interpeler le Gouvernement quand il semble que nous pouvons mieux faire
Ma question en vidéo ⤵️

La réponse de la ministre ⤵️