Je suis intervenue en commission des affaires économiques pour défendre la proposition de loi sur l’étiquetage.

Ce texte contient des mesures concrètes visant à renforcer l’information du consommateur sur les produits alimentaires, telles que:

  • l’obligation d’indication de l’ensemble des pays d’origine du miel sur l’étiquette en cas de mélanges,
  • le renforcement de l’obligation d’information du consommateur sur les produits alimentaires vendus par les plateformes en ligne et sur l’étiquetage
  • l’information relative à l’origine du vin.

Ces évolutions pourront sembler secondaires à certains observateurs: je le répète, en matière d’information, le diable se cache dans les détails. Les avancées listées ci-dessus répondent à des attentes concrètes de la part des agriculteurs, et sont significatives pour nombre de consommateurs.

Je me réjouis que cette proposition de loi ait été définitivement adoptée le 27 mai en séance publique, clôturant ainsi un parcours législatif qui aura duré près d’une année.