🇺🇦 Conflit #Ukraine – #Russie

 

Le 24 février la Russie a engagé une attaque militaire massive contre l’Ukraine 🇺🇦 avec pour cible Kiev la capitale Ukrainienne et le gouvernement démocratiquement élu.
Cette attaque se fait en violation totale des principes fondateurs de l’ordre européen et international portant sur notre sol européen une guerre qui menace de déstabiliser significativement la paix en Europe 🇪🇺.
Poussé par un chef d’Etat qui rêve de revenir à l’époque impériale, par un chef d’Etat autocratique pour qui nos démocraties ne méritent aucun respect, ce conflit à nos portes doit être condamné avec fermeté, abordé avec une immense gravité.

 

Il m’apparait que Vladimir Poutine porte là des attaques contre ce qui, pour nous démocrates, est fondamental : le droit des peuples à disposer d’eux même.
C’est pourquoi je condamne avec force cette attaque de l’Ukraine par la Russie.

 

La France 🇫🇷, par la voix du Président de la République, a tout tenté, par la voie diplomatique, pour éviter ce conflit et continuera à maintenir le dialogue.
Pour autant c’est aux côtés des Ukrainiens que nous sommes. C’est au peuple ukrainien que j’apporte tout mon soutien. 🇺🇦

 

Ce conflit sera, est déjà, protéiforme.
C’est un conflit armé sur le sol ukrainien, mais aussi, au-delà des frontières ukrainiennes, un conflit de désinformation et de cyberattaques.
Il sera aussi économique ne serait-ce que par ses conséquences.

 

Aussi, alors même que nous abordons un moment démocratique important pour notre pays, les élections présidentielles, c’est avec responsabilité et sens de l’union nationale qu’il nous faut aborder la situation et faire bloc.

 

Comme tout conflit cette guerre revêt des impacts économiques majeurs qui ne manqueront pas de nous affecter et auxquels nous allons devoir, tous ensemble, solidairement et courageusement faire face.
Alors que la tension sur le marché de l’énergie est forte et que nous la subissons depuis déjà de longues semaines, cette dernière pourrait s’intensifier, la Russie et l’Ukraine étant des fournisseurs mondiaux de gaz. Et si nous ne sommes pas dépendants de la Russie, il n’en demeure pas moins que serons confrontés sur ce point comme sur d’autres au risque spéculatif.
Ainsi en est-il de notre agriculture qui pourrait comme en 2014 (annexion de la Crimée par la Russie) être prise en otage d’un différend dont elle n’est pas responsable.
Nous devons donc nous préparer aux conséquences économiques de cette guerre aux frontières de l’Europe, aux velléités de déstabilisations par tous moyens de ce que représente notre modèle, celui des démocraties occidentales.
Des sanctions ont d’ores et déjà été prises contre la Russie, son chef d’Etat et des oligarques. En parallèle le lien diplomatique est maintenu et les échanges se poursuivent pour sortir de ce conflit, c’est LA voie que nous devons privilégier, tout en ne cédant rien sur nos valeurs démocratiques de souveraineté, de liberté et de respect du droit international.
Retrouvez ci-dessous le message du Président de la République aux parlementaires ce vendredi 25 février 👉🏻 https://www2.assemblee-nationale.fr/static/15/presidence/Message_pdt_republique.pdf