Pour les assurances, couvrir les dommages créés par le COVID 19 n’est juridiquement pas possible, car il n’existe pas de régime d’assurance couvrant les pandémies. Toutefois, et comme le Président de la République l’a rappelé lundi, les assureurs, acteurs majeurs de la prévention du risque, doivent être au rendez-vous de l’effort solidaire dans le cadre de la crise du coronavirus. C’est désormais chose faite.

Les assureurs vont accroître leur contribution au fonds de solidarité pour les entreprises, en portant le total de leur contribution à 400 millions d’euros (+ 200 millions par rapport à leur engagement initial).

Ils vont mettre en oeuvre des gestes commerciaux à l’attention de leurs assurés. Ces gestes seront, par exemple, des réductions tarifaires, des extensions de garanties d’assurances… Ils concerneront les petites entreprises, les indépendants, les personnels soignants, les ménages, pour un montant total de 1,35 milliard d’euros.

Ils vont soutenir la relance à travers un programme d’investissement de 1,5 milliards : ces financements seront abondés sur des fonds pour PME/ETI, mais aussi investis dans le secteur médical.

Les assureurs travaillent avec le Ministre de l’Economie et des Finances à la mise en place d’un régime d’assurance des pandémies.